Aumont-Aubrac est situé en Lozère entre Aubrac et Margeride, sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle GR65 en Pays de Peyre et le Tour du Gévaudan. Randonnées, VTT, pêche, baignade, ski de fond.

Aumont-Aubrac en Lozère (GR65 St Jacques de Compostelle)

Blason de Aumont-Aubrac en Lozère

Aumont-Aubrac
Alt. 1050m

Aumont-Aubrac en Lozère (GR65 St Jacques de Compostelle)

Aumont-Aubrac en Lozère (Languedoc-Roussillon)Située sur l'ancienne Via Agrippa (qui reliait Lyon à Toulouse) et sur la via Podensis (ainsi était nommé au Moyen Âge cette portion de route menant vers Saint Jacques). Les bornes milliaires jalonnaient les voies romaines importantes, en principe implantées tous les mille pas, soit 1.48 km (le "pas" romain est double); d'autres dites "leugaires" étaient espacées d'une lieue (2.22 km). Elles portaient une inscription précisant entre autres le nom de l'empereur, celui de la "cité" (le chef lieu) et la distance du point d'implantation à cette cité. Leur forme était typiquement cylindrique : environ 60 cm de diamètre (parfois moins) et au moins 1.5 m de haut; la base, enfouie dans le sol, était de ce fait moins soignée, souvent plus ou moins quadrangulaire.

Aumont-Aubrac en Lozère (Languedoc-Roussillon)La ligne de chemin de fer Paris Béziers et l'autoroute A 75 sont les deux "via" modernes qui font perdurer la vocation d'Aumont. A visiter: la Maison du Prieuré (Office du Tourisme maintenant) avec son portail en arc brisé, sa façade en granit et sa cave voûtée. Y vivaient les desservants de l'église Saint Étienne.

Voir également l'église d'Aumont - lui aussi ancien prieuré bénédictin - avec, bien entendu, sa magnifique coquille Saint-Jacques, symbole de pélerinage. Un travail de restauration très important a été effectué et a restitué tout son lustre à ce magnifique bâtiment. A noter à six kilomètres: Javols, l'ancienne capitale gallo-romaine des Gabales où il est dit que la population aurait atteint 3.000 habitants... des thermes, un théâtre. un cardo: on a peine à croire qu'une ville aussi civilisée et importante ait existé avant le petit village qui s'y trouve maintenant. Des campagnes de fouille sont en cours et progressent chaque année maintenant. Descendre vers La Canourgue: Le Monastier: église historique s'il en est. Elle fut consacrée par Urbain 11, moine clunisien français (Eudes de Châtillon), le pape de la première croisade en 1095. Le monastère fondé par la famille de Peyre en 1062fut donné à la Grande Abbaye de st Victor de Marseille également d'obédience clunisienne. Elle fut agrandie par Urbain V (pape français et... lozérien !) en 1362 puis réaménagée au XVIIe. Nef à trois travées ouvrant sur des collatéraux par de grandes arcades en plein cintre qui retombent sur des piles cruciformes à colonnes engagées. Voir les chapitaux romans. Javols est une commune du canton d'Aumont, située sur le Tréboulin, à 24 kilomètres au nord de Marvejols. C'est l'antique Gabaluim, cité des Gabales, premiers habitants du Gévaudan. Après la conquête romaine, elle devint la résidence d'un préteur. Elle possédait un temple, un cirque, des thermes et une voie romaine qui se reliait à la grande roule militaire ouverte par Agrippa et conduisant de Lyon à Toulouse. Vers l'an 250, cette ville était le siège d'un évêché relevant de la métropole de Bourges. Prise et saccagée par les Vandales au Ve et au VIe siècle, elle tomba au pouvoir des Wisigoths, qui en furent chassés par les Francs.

Aumont-Aubrac en Lozère (Languedoc-Roussillon)Au commencement du VIIIe siècle, les Sarrasins s'en emparèrent. Après tant de vicissitudes, elle fut entièrement détruite: selon les uns par Pépin, dans sa guerre contre Waïfre, duc d'Aquitaine; selon d'autres, par les Hongrois, en 924. Quoi qu'il en soit, ses habitants avaient déjà émigré à Mende, où le siège épiscopal avait été transféré. La cité gallo-romaine n'est plus qu'un simple village où s'élevaient le temple, le palais et le cirque dont les Romains l'avaient ornée.

En extrayant des pierres dans un champ vis-à-vis du pont qui va à l'église paroissiale, sur la rive droite du Tréboulin, on mit à découvert une enceinte circulaire de murailles assez vaste, au milieu de laquelle était une colonne en pierre calcaire, dédiée, ainsi que le portait une inscription latine, par la cité des Gabales à l'empereur Posthume, qui avait été préfet des Gaules.

On crut y voir l'emplacement d'un cirque ou d'un Messages, et, l'on fit d'autres fouilles sur la rive gauche, qui mirent à découvert les vestiges d'édifices romains, des statuettes, des dieux lares, des couteaux, des stylets, des clefs, des ustensiles en bronze, des fragments de marbre précieux, de pavés en mosaïque et de poterie rouge et grise, avec des dessins en relief, représentant des feuilles, des fleurs, des suAumont-Aubrac en Lozère (Languedoc-Roussillon)jets de chasse, etc.; et des médailles avec l'effigie des enfants d'Agrippa, d'Auguste, de Tibère, de Claude, do Domitien, de Trajan, d'Adrien, d'Antonin, de Marc-Aurèle et de Claude le Gothique. Javols fabriquait des cadis, des toiles légères; elle possède des eaux thermales.

L'Aubrac, ses immensités, que ne parviennent pas à rétrécir ses croupes arrondies, est l'une des grandes régions naturelles de la Lozère. L'hiver, durant de longs mois, c'est le pays de la solitude, enseveli sous la neige dont l'uniformité n'est coupée que par de petites rivières semblables à de longs serpents noirs... Mais l'Aubrac vit à la belle saison.

Des dizaines de milliers de vaches animent alors les vastes étendues. Elles semblent errer parfois sans but, hormis quelques excentriques en mal d'autorité qui, sur un roc de granit, dominent en ruminant, le regard perdu au loin, plongées dans un rêve exempt de péripéties... C'est alors le pays des vaches libres ; elles sont si bien adaptées qu'il n'est plus possible de les dissocier du paysage.

Terre unique partagée entre l'Aveyron, le Cantal et la Lozère qui se rencontrent à la Croix des Trois Evêques, l'Aubrac est un plateau granitique situé entre 1000 et 1400 mètres d'altitude. Terre de silence et d'espace façonnée par les puissances mystérieuses des éléments, l'Aubrac fascine les âmes quand le regard s'y perd. C'est par l'effort de nos pas d'hommes que l'on s'imprègne au mieux de son caractère infini découvrant ses landes, sa flore parmi les plus riches d'Europe, ses forêts où résonne en ce début d'automne l'étrange brame du cerf, ses cours d'eau avec lacs et cascades, ses pierres granitiques et basaltiques. Terre rude, elle crée des liens puissants avec des hommes à son image. Les Romains, les Pèlerins de Saint Jacques de Compostelle, les moines, les paysans et leurs troupeaux en estive ont marqué son patrimoine (burons, villages, églises romanes, ponts...) et son histoire sans pouvoir lui prendre sa nature sauvage. Terre de mystère au coeur insondable, en marchant vers elle c'est au fond de soi que l'homme se retrouve. La France illustrée. Géographie, histoire, administration et statistique, Par Victor-Adolphe Malte-Brun, Plon.

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Valid XHTML 1.0 Transitional